content top

Francis Bossus

Un enfant, qu'est-ce donc ? Un morceau d'amour égaré, un miroir, une victime, un signe du temps en marche.

  

Aimer n'est pas recevoir comme autant d'hommages la présence de l'autre, le son de sa voix, la douceur de ses gestes, mais lui donner la meilleure part de soi.

  

Avoir l'expérience du malheur ne suffit pas, car on est toujours malhabile avec les autres. Leur souffrance n'est jamais comparable à la nôtre.

  

On ne peut haïr un adversaire quand il se bat.

  

Plus on est jeune, plus on touche au mystère de la joie.

  

Rien n'est trop beau ni trop grand pour un enfant et tout est solennel.

  

Les femmes sont toutes des sottes. Elles aiment provoquer le désir des hommes et le redoutent.

  

Le doute ?... C'est peut-être de la peur distillée !

  

Le comédien revient toujours rôder autour de son théâtre.

  

Il est dur d'immoler aux lendemains tous les jours qui ont fait sa vie.

  

Les hommes ne peuvent être parfaits, ils nous ressemblent.

  

La vie n'aime pas que l'on désespère d'elle.

  

La loi des générations. Il y a celles qui plantent et celles qui récoltent.

  

Il faut beaucoup aimer pour bien comprendre et tout admettre.

  

La guerre n'a jamais été une école de courage et de virilité mais nombreux sont ceux qui s'engagent avec le faux espoir d'y apprendre beaucoup. Les hommes ne se battent pas pour la liberté mais pour le plaisir.

  
content top