content top

Eve Belisle

En vieillissant, nous perdons le sens des vérités fondamentales.

  

C'est beau, c'est frais, c'est transparent, un enfant. C'est par lui que nous viennent les plus grandes leçons de la vie.

  

Tout bonheur doit sans doute se payer ; sa conquête, du moins, exige toujours un combat.

  

Les humbles travaux quotidiens, la simplicité de la vie, les modestes joies qu'on se tisse dans la couleur du temps qui passe, tout cela ressemble étrangement au bonheur.

  

La femme qu'on épouse, on lui fait confiance pour l'intelligence comme pour tout le reste.

  

Ce qu'il y a de bon pour l'espérance, c'est qu'elle nous promet le meilleur pour demain.

  

Il y a des êtres qui deviennent si proches de nous qu'on les dirait intégrés à nous-mêmes. En épousant leurs sentiments les plus intimes, en scrutant le mystère de leur âme, nous assimilons une part de leur être.

  

Il faut sans doute payer le prix de ses amours comme on paie celui de ses ambitions.

  

Pourquoi faut-il donc ériger des barrières face à l'explosion de nos sentiments ; pourquoi l'être aimé ne pourrait-il pas lire en nous comme dans un livre ouvert les pensées nobles et généreuses qui nous animent ?

  

Est-il donc vrai que dans tout amour, il y a une souffrance en éclosion ? Pourquoi devons-nous toujours payer d'une incertitude, d'un doute, d'une angoisse même, nos plus petits bonheurs ?

  
content top