content top

Emil Michel Cioran

Je n'aime que les penseurs qui n'ont inspiré aucun tribun.

  

Une seule expérience absolue, à propos de n'importe quoi, et vous faites, à vos propres yeux, figure de survivant.

  

Toute pensée dérive d'une sensation contrariée.

  

L'envie de prier n'a rien à voir avec la foi. Elle émane d'un accablement spécial, et durera autant que lui, quand bien même les dieux et leurs souvenirs disparaîtraient à jamais.

  

Le dernier recours de ceux que le sort a frappés est l'idée du sort.

  

Le meurtre suppose et couronne la révolte: celui qui ignore le désir de tuer aura beau professer des opinions subversives, il ne sera jamais qu'un conformiste.

  

La destruction des idoles entraîne celle des préjugés.

  

Je sens que je suis libre mais je sais que je ne le suis pas.

  

Ne dure que ce qui a été conçu dans la solitude, face à Dieu, que l'on soit croyant ou non.

  

Les opportunistes ont sauvé les peuples ; les héros les ont ruinés.

  

Nos dégoûts ? Détours du dégoût de nous-mêmes.

  

La pitié de soi est moins stérile qu'on ne croit. Dès que quelqu'un en ressent le moindre accès, il prend une pose de penseur, et, merveille des merveilles, il arrive à penser.

  

Nous ne comprenons ce qu'est la mort qu'en nous rappelant soudain la figure de quelqu'un qui n'aura été rien pour nous.

  

Je n'ai pas rencontré un seul esprit intéressant qui n'ait été largement pourvu en déficiences inavouables.

  

Avec du sarcasme, on peut seulement masquer ses blessures, sinon ses dégoûts.

  
content top