content top

Christian Bobin

Impossible de parler de Dieu sans prononcer aussitôt une quantité invraisemblable de bêtises. On ne peut rien dire de Dieu, seulement parler avec lui, en lui.

  

Un tête-à-tête permanent avec Dieu, dans cette vie, serait accablant. Il faut à l'amour un peu d'absence.

  

C'est toujours par le sommeil que les grandes choses commencent. C'est toujours par le plus petit côté que les grandes choses arrivent.

  

Le bonheur, ce n'est pas une note séparée, c'est la joie que deux notes ont à rebondir l'une contre l'autre.

  

La télévision c'est le monde qui s'effondre sur le monde, une brute geignarde et avinée, incapable de donner une seule nouvelle claire et compréhensible.

  

Ce n'est pas pour devenir écrivain qu'on écrit. C'est pour rejoindre en silence cet amour qui manque à tout amour.

  

Le génie est composé d'amour, d'enfance et encore d'amour.

  

Les enfants, ce n'est pas sorcier, ça pousse à travers nos erreurs.

  

L'amour est une guerre et un repos, une science et un artisanat. L'amour est tout, et même rien avec le tout. Innocence et ruse, innocence avec ruse. Apparaître et disparaître.

  

Peu de livres changent une vie. Quand ils la changent c'est pour toujours.

  

Quand on aime quelqu'un, on a toujours quelque chose à lui dire ou à lui écrire, jusqu'à  la fin des temps.

  

Le mal de la télévision, ce n'est pas dans la télévision qu'il est, c'est dans le monde.

  

Plus on s'approche de la lumière, plus on se connaît plein d'ombres.

  

Il ne faut jamais faire de littérature, il faut écrire et ce n'est pas pareil.

  

Dans le monde de l'esprit, c'est en faisant faillite qu'on fait fortune.

  
content top