content top

Bouddha

J'appelle sage celui qui, tout innocent qu'il est, supporte les injures et les coups avec une patience égale à sa force.

  

Si tu ne trouves pas d'ami sage, prêt à cheminer avec toi, résolu, constant, marche seul, comme un roi après une conquête ou un éléphant dans la forêt.

  

L'homme qui s'attache à cueillir les plaisirs comme des fleurs, est saisi par la mort qui l'emportera comme un torrent débordé emporte un village endormi.

  

Il n'existe rien de constant, si ce n'est le changement.

  

Si la haine répond à la haine, comment la haine finira-t-elle?

  

Meilleur que mille mots privés de sens est un seul mot raisonnable, qui peut amener le calme chez celui qui l'écoute.

  

L'insensé reconnaissant sa folie est, en vérité, sage. Mais l'insensé qui se croit sage est vraiment fou.

  

Aussi longtemps que l'homme aime une femme, fut-ce la moindre d'entre elles, il est réduit en esclavage, comme le jeune veau qui tète sa mère.

  

Une conscience troublée par les désirs ne peut se libérer. Une sagesse troublée par l'ignorance ne peut se développer.

  

C'est par la foi que l'on peut traverser les courants. Et c'est par la sagesse que l'on obtient la pureté.

  

Par l'évolution des actes, celui qui dépouille est dépouillé à son tour.

  

Toute conquête engendre la haine, car le vaincu demeure dans la misère. Celui qui se tient paisible, ayant abandonné toute idée de victoire ou de défaite, se maintient heureux.

  

La vigilance est le chemin du royaume immortel. La négligence celui qui conduit à la mort.

  

La réalisation réside dans la pratique.

  

Le bonheur est né de l'altruisme et le malheur de l'égoïsme.

  
content top