content top

Alexandra David Neel

Dans l'état du triomphe on peut goûter une jouissance d'orgueil telle, qu'elle donne l'illusion du bonheur. Mais cette surexcitation passagère est loin de la vraie et pure joie qui nous monte, au coeur quand nous sommes seuls.

  

Ce que l'on gagne est à soi et l'on a le droit d'en disposer.

  

Mieux vaut s'accommoder des choses ou les briser que de pleurer à la lune.

  

Le bouddhisme place sur le même rang les êtres d'intelligence et de vertu égale, sans se préoccuper de leur sexe.

  

Il faut être bien fort et bien maître de soi, pour pénétrer dans tous les coins de la pensée humaine.

  

C'est une des gloires du bouddhisme qu'il fait toujours appel à la raison et à la science et non à la foi aveugle ou à l'autorité.

  

Tous les maîtres ont été trahis par leurs soi-disant disciples ; faute de pouvoir s'élever à la hauteur du maître, ils l'ont fait descendre à leur niveau.

  

Il est rationnel, étant donné notre conception de l'individu et de l'univers, que le désir se manifeste en nous. L'arracher de vive force, en torturant notre chair et notre âme, c'est rompre l'harmonie.

  

Nos idées est-ce qu'elles sont jamais nôtres autrement que par adoption?

  

Combien de larmes, de souffrances, de drames ont causé notre artificielle conception de la famille et du mariage !

  

Toutes immatérielles et fragiles qu'elles paraissent en présence des faits brutaux, les idées demeurent plus longtemps. Elles survivent aux hommes, aux cataclysmes de la nature et de l'histoire.

  

Pour devenir quelque chose et faire quelque chose, il faut être quelqu'un.

  

Une âme élevée se réjouit peu, ne s'afflige jamais, et, dans toute chose ne laisse paraître aucun signe de joie ou de tristesse.

  

La vérité apprise d'autrui est sans valeur. Seule compte, seule est efficace la vérité que nous découvrons nous-mêmes.

  

Il ne faut pas vouloir du bien aux gens en dépit d'eux et contre leur volonté. Chacun sait, mieux que personne, ce qu'il lui convient.

  
content top