Une souris regardait un jour à travers le trou d'un mur et vit le paysan et sa femme en train de déballer un paquet. Quelle nourriture pouvait-il bien contenir ? Mais quelle ne fut pas sa surprise de découvrir qu'il s'agissait d'une trappe à souris. Le pire c'est que le couple avait l'air très enthousiaste et avait l'air très pressé de tester cette nouveauté !

Fuyant vers l'arrière de la ferme, la souris criait de tous côtés :

« Il y a une trappe à souris dans la maison, une trappe à souris dans la maison ! »

Le poulet leva la tête, se gratta et dit :

« Excusez-moi, Madame Souris, je me rends bien compte que c'est une grande inquiétude pour vous, mais cela ne me regarde pas. Que voulez-vous que j'en fasse ? »

La souris se tourna alors vers le cochon qui répliqua :

« Oh, je suis désolé Madame Souris, la seule chose que je puisse faire pour vous est de prier. Soyez assurée que je vous porte dans mes prières »

La souris se tourna enfin vers le bœuf. Celui-ci se moquait de la souris :

« Ohlala, Madame Souris, mais c'est terrible, une trappe à souris ! Mais je suis gravement en danger, n'est-ce pas ? »

Finalement, la souris se décida d'affronter la trappe à souris seule.

Dans la nuit, on entendit un bruit dans la maison qui ressemblait à celui d'une trappe à souris se refermant sur une souris. La femme du paysan s'en alla voir ce qui avait été pris. Dans la nuit, elle ne vit malheureusement pas le serpent venimeux dont le bout de la queue avait été pris dans la trappe. Le serpent mordit la femme du paysan.

Ils durent se rendre à l'hôpital. La femme revint avec de la fièvre. Or, comme tout le monde le sait, il est fortement conseillé de faire boire à quelqu'un qui a de la fièvre une bonne soupe au poulet. Le paysan prit donc sa hache et coupa le cou du poulet. Malheureusement, la maladie continua et beaucoup de gens vinrent pour garder la malade. Le paysan dut tuer son cochon pour nourrir tout le monde. Finalement, la femme mourut et le paysan dut abattre son bœuf pour nourrir les personnes venues pour l'enterrement.

Ainsi donc, la prochaine fois que vous entendrez dire qu'une de vos connaissances est aux prises avec un problème qui ne vous concerne pas, souvenez-vous de la trappe à souris. Lorsqu'un des nôtres est menacé, nous sommes tous en danger.



commentaire(s)